Entête
Prochaines activités
Annonces et Nouvelles

Dans cette revue :

  • Calendrier des activités 2020
  • Reportage sur salon de la motoneiges de Laval et Québec
  • Exposno 2019
  • Exposition de motoneiges antiques des Galeries Chagnon de Lévis
  • Petites annonces
Le Mot du Président
Du changement au bureau de la direction du RCMAQ. 

Depuis l’année où je me suis mutilé en m’arrachant les cheveux pour la survie du RCMAQ, les choses ont bougé. Nous avons repris le contrôle du bateau avec une direction plus jeune. L’année de réflexion nous a fait perdre des membres, mais avec le travail de cette nouvelle direction, ils reviennent. Lentement mais surement, comme disait mon grand-père. Non c’est probablement une annonce à la TV qui a dit cela !!

 

Photo : L’équipe de départ du RCMAQ (de gauche à droite) Jean Paul Mercier (fondateur) Marcel Marchildon (Vice-Président) et Martin Lesage (fondateur).Photo : L’équipe de départ du RCMAQ (de gauche à droite) Jean Paul Mercier (fondateur) Marcel Marchildon (Vice-Président) et Martin Lesage (fondateur).

De cause à effet, on perd un pilier dans notre club avec le retrait du Vice-Président Marcel Marchildon qui laisse sa place à Daniel Bédard. Marcel fait partie de l’histoire du RCMAQ. Les racines du regroupement que l’on pourrait dire. Fondé par Martin Lesage et Jean Paul Mercier en 1996 et enregistré le 30 août 1997. Marcel avait rejoint le groupe dès le début de cette aventure. Nommé Vice-Président, il s’occupait du journal et le bureau du club était à son adresse. Aussi, pour une courte période, il avait dû prendre la présidence lors du retrait à ce poste de Jean Paul Mercier et l’arrivée de Jacques Richard en 2004. Cette année-là, le bureau de direction était structuré comme suit: Marcel Marchildon (Président), Gaston Godin (Vice-Président), Martin Lesage (Éditeur en chef) et les directeurs Jean Paul Mercier et Claude Gaboury. Quelques mois plus tard, Jacques Richard rentrait en fonction et Marcel revenait au poste de Vice-Président.

Par sa compétence comme comptable et collectionneur, il a été l’homme clé du club dès le début. C’est bien beau les chiffres, mais il n’y a pas que ça. On lui doit aussi notre journal qui était produit par lui. Même si le journal identifie Martin Lesage comme éditeur en chef et concepteur au début, Marcel avait repris la conception de celui-ci. Il a bien beau se taper les bretelles à propos du Journal du club, mais sa femme Céline a aussi participé à celui-ci et à la gestion du club. Et, comme mon grand-père disait, en arrière d’une femme importante il a un homme qui se tape les bretelles !! Ce doit être cela qu’il voulait dire « indispensable la madame ».

Au début, notre journal qui est plutôt une revue aujourd’hui était des feuilles d’information non reliées entre elles. Le volume Année 1 Volume 1 a été publié en octobre 1997 et comprenait 9 pages. Peu élégant, mais probablement efficace et peu couteux pour le temps. Un peu plus tard, quelques journaux (feuilles relier par une agrafe) sont imprimés sur du papier couleur, mais il revient au papier blanc.

Avec plus de membres d’année en d’année qui ont apporté plus d’argent dans la caisse, la qualité du Journal a été relevée dès 2001 avec la sortie du journal Année 5 Volume 1 qui devient une reliure imprimée en noir et blanc. La couleur a pris place en 2004 à partir du journal Année 7 Volume 4 qui avait une page couverture en couleur. Dans le journal suivant, de la couleur a été ajoutée sur la dernière page. En 2005, dans la revue Année 8 Volume 3, c’est le tour de la page centrale de recevoir la couleur, une merveille qui n’avait rien à envier de celle du Playboy !! C’est certain que cela dépend de la fille qu’il y a sur la page. Les années passent et, en 2009, la dernière retouche majeure est présentée dans le journal Année 15 Volume 1. Tout le journal du RCMAQ est maintenant en couleur. On venait de se rapprocher des Américains avec une revue de qualité et non un journal comme on le nomme de nos jours. Ce que Marcel et Céline nous laissent est un outil de travail qui doit continuer d’évoluer dans le futur et la barre est haute avec Facebook qui nous rente dedans.

Aujourd’hui, notre revue de Vintage est la deuxième en contenu et présentation sur les cinq revues publiées par les clubs de Vintage en Amérique. La première place est occupée par la revue du VSCA aux É.-U. La qualité de cette revue ne sera jamais atteinte, car elle est produite par un éditeur commercial du Minnesota avec une équipe de gestion pour la publicité qui finance le produit.

Je tiens à remercier, en mon nom personnel et celui de la direction du RCMAQ, Marcel et Céline Marchildon pour toutes les heures travaillées bénévolement durant ces 22 ans. Maintenant c’est à nous de continuer leur travail.

Pierre Pellerin